Âge des princesses Disney : découvrez la vérité surprenante derrière vos personnages préférés

L’âge des princesses Disney suscite souvent la curiosité, voire l’étonnement. Ces icônes de la culture populaire, ancrées dans l’imaginaire collectif, incarnent une jeunesse éternelle qui semble défier le temps. Pourtant, derrière le vernis des animations colorées et des chansons entraînantes, se cachent des vérités surprenantes quant à l’âge réel de ces personnages adorés. Cette révélation sur les âges des princesses, qui ont bercé l’enfance de millions de personnes, pourrait bien changer la manière dont le public perçoit ces figures emblématiques du royaume enchanté de Disney.

L’âge réel des princesses Disney : entre mythe et réalité

La jeunesse figée des princesses Disney, souvent idéalisée, masque une réalité autrement plus prosaïque. Prenons par exemple Mulan, cette vaillante combattante censée avoir 16 ans lors de sa première apparition en 19Si l’on suit le cours inexorable du temps, elle aurait dû, en toute logique, atteindre l’âge de 33 ans en 20Dans le même sillage, Pocahontas, présentée comme une jeune femme de 18 ans dans le film de 1995, aurait franchi le seuil de la trentaine pour s’établir à 38 ans une vingtaine d’années plus tard.

A lire également : Découverte de la Base sous-marine de Bordeaux : un espace artistique unique

Jasmine, l’espiègle princesse d’Agrabah, apparue pour la première fois à l’âge de 15 ans dans ‘Aladdin’ (19aurait vu son compteur personnel afficher 38 ans en 20Belle, l’érudite héroïne de ‘La Belle et la Bête’ (19aurait quant à elle fêté ses 41 ans, tandis qu’Ariel, la mélodieuse sirène de ‘La Petite Sirène’ (19aurait soufflé sur 42 bougies. Ces chiffres, certes virtuels, illustrent un vieillissement qui, s’il avait été pris en compte, aurait peut-être modifié la perception de ces personnages intemporels.

Les pionnières de l’animation Disney ne sont pas en reste. Aurore, connue pour son long sommeil dans ‘La Belle au Bois Dormant’ (19aurait dû fêter ses 72 ans, loin de la délicate adolescente de 16 ans à son réveil. Cendrillon, l’incarnation même de la transformation et de l’espoir, avec ses 19 ans dans le film éponyme de 1950, serait devenue une octogénaire de 84 ans. La plus jeune d’entre elles, Blanche Neige, apparue à l’âge de 14 ans dans le premier long-métrage animé de Disney en 1937, serait aujourd’hui une nonagénaire de 92 ans. Ces âges, s’ils étaient appliqués à la réalité, conféreraient aux princesses Disney une tout autre dimension, les ancrant dans des étapes de la vie que leurs histoires ne racontent pas.

Lire également : 3 astuces pour bien choisir le cadeau d'un mélomane

Les origines historiques et culturelles des âges des princesses

Les fondements historiques des âges attribués aux princesses Disney sont à chercher dans les contes et les récits populaires dont elles sont issues. Mulan, héroïne éponyme du film de 1998, s’inspire d’une légende chinoise qui remonte à la dynastie Wei du Nord. Dans cette tradition, l’âge de la protagoniste n’est pas précisé, mais Disney lui attribue 16 ans, probablement pour cibler une audience adolescente et véhiculer des thèmes comme l’émancipation et l’audace juvéniles.

La figure de Pocahontas, qui date de 1995, relève à la fois de l’histoire et du mythe. Elle s’inspire de la vie de Matoaka, plus connue sous son surnom Pocahontas, une Amérindienne de l’ethnie Powhatan. L’âge de 18 ans retenu par Disney contraste avec l’histoire réelle, où elle aurait rencontré John Smith autour de ses 12 ans. Cette modification pourrait refléter une volonté de maturité et de romance adaptée au grand écran.

Quant à Jasmine, créée en 1992, son personnage s’ancre dans le décor des ‘Mille et Une Nuits’, un recueil de contes orientaux où l’âge des protagonistes est rarement un enjeu central. Son jeune âge de 15 ans vise à souligner son esprit de rébellion et d’indépendance, caractéristiques prisées dans les récits destinés aux jeunes publics.

Belle et Ariel, respectivement de 1991 et 1989, s’inscrivent dans une tradition européenne où les jeunes filles sont souvent au cœur des contes merveilleux. Belle, avec ses 17 ans, incarne la curiosité intellectuelle et la vertu, tandis qu’Ariel, à 16 ans, représente l’aspiration au changement et la découverte. Disney, en choisissant ces âges, façonne des archétypes de jeunesse et d’innocence, des figures aspirant à l’aventure et à l’amour, des thèmes universellement appréciés.

La représentation de la jeunesse et de la maturité dans les films Disney

Les films Disney, par le prisme de leurs princesses, offrent une vision singulière de la jeunesse et de la maturité. Ces personnages, souvent jeunes, incarnent des valeurs d’innocence et de pureté, mais aussi de courage et d’aspiration. Mulan, âgée de 16 ans lors de sa première apparition et 33 ans en 2015 selon la fiction, est un exemple puissant. Elle illustre le combat contre le sexisme dans l’armée, une lutte qui transcende les âges et continue de résonner dans notre société.

Certes, les messages cachés dans les films Disney paraissent insaisissables, mais ils véhiculent des notions de croissance et de transition. Les années passent, mais les enseignements demeurent. Aurore, apparue pour la première fois en 1959, et qui aurait 72 ans aujourd’hui, transmet encore l’espoir et la bonté qui définissent son personnage, des qualités intemporelles qui inspirent au-delà des générations.

Isaque Arêas, artiste brésilien, en créant des images de Princesses Disney à un âge avancé, rappelle un message fondamental : la noblesse et la grâce ne sont pas l’apanage de la jeunesse. Effectivement, ses œuvres visent à rappeler aux femmes qu’elles sont des princesses, quel que soit leur âge. Cette représentation alternative offre une perspective plus large sur la maturité, défiant les stéréotypes habituellement véhiculés par les animations.

princesses disney

Comment les âges des princesses influencent les spectateurs

La jeunesse éternelle des princesses Disney façonne l’imaginaire collectif. Mulan, Pocahontas, Jasmine et leurs consœurs, bien qu’ayant vieilli dans le fil des années depuis leur première apparition, demeurent figées dans une éternelle adolescence à l’écran. Cette représentation a un écho particulier auprès des spectateurs qui les ont découvertes enfant et qui, adultes, les perçoivent toujours dans l’orée de leur vie, malgré une réalité temporelle qui les aurait vues vieillir.

L’âge des personnages, élément clé dans la narration, influe sur la perception de la viabilité des rêves et des aspirations. Belle, Ariel et Aurore, jeunes héroïnes pleines d’espoir et de rêves, deviennent des modèles pour les jeunes spectatrices. Leur jeunesse semble indiquer que l’aventure, l’amour et la découverte de soi sont des quêtes de prime jeunesse, laissant parfois dans l’ombre la possibilité de ces mêmes découvertes à des âges plus avancés.

Isaque Arêas, artiste brésilien, par ses œuvres où il représente les princesses Disney à un âge avancé, bouscule cette perception. Il redéfinit la notion de princesse, non plus comme une figure exclusivement juvénile, mais comme une entité évoluant avec le temps. En faisant vieillir visuellement ces icônes, il invite les spectateurs à reconnaître la beauté et la dignité qui peuvent accompagner l’avancement en âge.

Cette démarche artistique suggère que les messages véhiculés par les films Disney peuvent et doivent s’adapter à un public plus large. Au-delà de l’émerveillement enfantin, ces personnages ont le potentiel de parler aussi aux adultes, leur rappelant que les valeurs de courage, de détermination et d’amour ne sont pas l’apanage de la jeunesse, mais accompagnent chaque individu tout au long de son existence.