Analyse de l’état de surface de vos matériaux : comment s’y prendre en 2023 ?

C’est quelque chose auquel on ne pense pas forcément au premier abord et qui est évident lorsqu’on y réfléchit. Nous faisons mention ici aux propriétés de la surface d’un matériau donné qui peut avoir des conséquences importantes de l’acceptabilité d’un produit auprès des consommateurs. Car même si vous leur proposez un appareil solide, si sa surface est sensible à la corrosion ou à l’usure d’une manière générale, celui-ci va perdre rapidement en attrait. Mais quels types d’analyses effectuer aujourd’hui pour connaître l’état de surface d’un matériau ?

La technique d’analyse avec le microscope électronique à balayage (MEB)

Si vous aimez les technologies, vous avez sans doute déjà entendu parler du microscope électronique qui permet d’obtenir des images avec une résolution exceptionnelle. On parle en effet d’un grossissement de l’ordre d’un million, ce qui permet de réaliser une analyse de surface dans les moindres détails. On peut même l’utiliser d’ailleurs pour étudier la composition chimique et la morphologie des solides tellement c’est précis.

A lire en complément : Quelles sont les sources de gaspillage d'énergie pour les entreprises ?

Ce type d’expertise MEB (= microscope électronique à balayage) peut être intéressant pour du matériel électronique par exemple puisqu’on atteint des tailles de plus en plus petites en la matière.

La technique d’analyse par microscope optique (MO)

Vous avez très probablement déjà utilisé un microscope optique au collège et au lycée, ce qui signifie que même les non-initiés en high-tech sont familiers avec ce type d’appareil. Même si ce dernier permet d’obtenir des images beaucoup moins précises qu’avec un microscope électronique à balayage, il reste néanmoins largement suffisant pour étudier la surface des matériaux classiques.

A découvrir également : Quels métiers choisir pour aider les autres ?

Nous conseillons en particulier l’usage de la microscopie optique pour les matériaux qui présentent des défauts visibles à l’œil nu, comme des rayures, des fissures ou encore des taches. Le microscope optique permet alors de mesurer la profondeur, la largeur et la longueur de ces imperfections, ainsi que leur répartition sur la surface.