mardi, janvier 21, 2020
Banner Top

Lorsque l’on travaille dans le secteur de la gastronomie, c’est que l’on aime la bonne chère, de toute évidence. Sans cela comment savoir si tel plat a du goût, si tel autre est assez complet et surtout si tel vin se marie bien avec tel met ? Donc il faut avoir déjà mangé différentes spécialités que l’on va servir, en amont de l’ouverture de son restaurant, pour être certain que l’on y mangera bien. L’idéal est même de se faire une séance de pré-ouverture avec quelques bons amis, histoire de leur faire tester ce que l’on va servir à ses clients. Là on connaîtra la qualité de ses plats de façon plus objective.

Trouver de vrais produits de qualité

Quand on ouvre un restaurant italien, il est recommandé d’avoir dans sa cuisine de vrais produits en provenance directe d’Italie, pour s’assurer qu’ils auront la saveur unique d’une burrata ou d’un arancino ou d’une polpettine. Or ce n’est pas facile, même si l’on est soi-même originaire de la péninsule, que d’être livré régulièrement de ces produits authentique. C’est pourquoi il faut trouver en France un fournisseur spécialisé dans la pizzeria afin d’abord de voir ce qu’il propose, ensuite de faire un essai et si celui-ci est concluant, de faire affaire pour de bon ensemble.

Lire également : Livraison de plateaux-repas en entreprise : la nouvelle tendance !

Faut-il se rendre sur place ?

L’idéal serait de pouvoir partir deux fois par semaine de l’autre côté des Alpes pour faire soi-même son marché, mais ce ne serait pas rentable du tout. Se faire ramener des produits par des amis qui font les allers et retours entre les deux pays serait prendre le risque de ne pas avoir de la première fraîcheur. Alors le mieux c’est un prestataire qui fait cela à la place. Vu que c’est son fond de commerce, on peut s’assurer que le travail sera bien fait et que la qualité sera au rendez-vous. Les clients gourmands, eux, n’auront plus qu’à mettre les pieds sous la table et à se régaler.

A lire en complément : Des bâtiments sportifs clés en main

Banner Content

Suivez-nous sur Facebook

Négocier avec l’assurance?

Lettre d’information

Abonnez-vous à notre newsletter