jeudi, décembre 6, 2018
Banner Top

Une fois le congé de maternité terminé, l’épineuse question de la garde de l’enfant se pose. Trouver un établissement d’accueil n’est pas très aisé. La demande ne cesse d’augmenter en France, alors que les structures ont des effectifs limités. C’est pourquoi des solutions alternatives sont mises en place pour aider les parents. C’est le cas notamment des haltes-garderies. Par ailleurs, pour ce qui du coût d’une place en crèche, les tarifs fixés sont fonction de plusieurs éléments. Des aides financières sont toutefois disponibles pour soutenir les ménages.

Quels sont les éléments qui influent sur le coût de la crèche ?

Avant de chercher à trouver une place dans une crèche conventionnée par la CAF, il est déjà bon de connaître quels sont les paramètres qui font varier le prix. Il faudra apprécier le type d’établissement d’accueil pour enfants. Généralement, ce sont les crèches collectives qui obtiennent un soutien financier de la part de la CAF. Ce qui leur permet de fixer un tarif invariable à l’ensemble des bénéficiaires de structures de garde de la petite enfance en France. 

Si l’enfant est placé dans une micro-crèche, c’est la CAF qui alloue directement aux géniteurs une aide financière. Il s’agit du complément de libre choix de mode de garde (cmg). Ce dernier est déterminé en fonction de vos revenus, de l’âge de votre progéniture, et du nombre d’heures de garde en crèche. 

Dans le cas où vous gagnez un salaire mensuel inférieur à 2000 euros, vous aurez à payer entre 180 et 250 euros. Si vos revenus mensuels se situent entre 2 000 et 4 000 euros, vous devrez débourser entre 250 et 400 euros. Passé cette fourchette, la crèche peut vous revenir jusqu'à un millier d’euros. Le nombre d’enfants à votre charge et le type de commune sont également des facteurs à considérer dans la détermination du coût de la crèche.

Obtenir une place en crèche vous permet de bénéficier d’un avantage fiscal

Les dépenses occasionnées par la garde de votre enfant hors de votre habitat vous permettent de bénéficier d’un crédit d’impôt de l’ordre de 50%. Celui-ci est calculé sur la base des frais que vous supportez effectivement, une fois qu’on déduit les aides financières de la CAF ou de votre employeur. Les dépenses qui sont à votre charge doivent faire l’objet d’une déclaration. Mais le montant maximal à déclarer est limité à 2 300 euros.

Banner Content

Qui suis-je?

Je m’apelle Ayana. Bienvenue sur mon petit blog perso. Je publie régulièrement mais je ne suis pas la seule ^^ Avec ma bande de e-friends, on partage tout un tas d’infos utiles ici. On espère que vous y trouverez votre bonheur.

Suivez-nous sur Facebook

Négocier avec l’assurance?

Lettre d’information

Abonnez-vous à notre newsletter