Lutter contre l’alcoolisme : comment s’en sortir ?

D’une manière générale, trop de quelque chose n’est jamais bon ! C’est d’autant plus vrai quand il s’agit d’alcool. Nul besoin d’être un expert pour savoir que l’addiction à l’alcool est mauvaise à tous les niveaux. Comment connaître son niveau d’addiction à l’alcool ? Et surtout, comment lutter contre l’alcoolisme ?

Lire également : Pourquoi payer ses médicaments en ligne ?

Les bases de l’addiction d’alcool

Aimer boire avec des amis ou consommer de temps à autre de l’alcool ne fait pas forcément de vous un alcoolique. Après tout, l’addiction à l’alcool ou l’alcoolodépendance se définit comme le fait de ne pas pouvoir vivre sans alcool. C’est seulement à ce stade qu’il faudra penser à lutter contre l’alcoolisme. Notons également que l’alcoolisme vient souvent avec l’addiction au tabac et à la drogue.

Quelle quantité ?

L’alcoolisme n’est pas une question de quantité. Les personnes addictives à l’alcool aiment juste boire et sentir les effets de l’alcool sur leur corps. Un alcoolique ne peut vivre sans alcool et cette addiction est plus forte qu’elle !

A découvrir également : Comment reconnaître le bon hypnothérapeute ?

Comment savoir ?

Il n’est pas difficile de savoir si une personne est dépendante à l’alcool. Cela se voit avec le rapport que l’individu entretient avec la boisson. Un alcoolique a envie de boire tout le temps et a hâte d’avoir son premier verre de la journée. Vous avez plusieurs types de tests sur internet afin de définir votre niveau d’addiction à l’alcool.

Quels symptômes ?

L’addiction à l’alcool fait développer certains symptômes si la personne dépendante arrête de boire ou ralentit sa consommation d’alcool. Il s’agit notamment des symptômes de manque qui amènent à certaines conséquences :

          Les mains qui tremblent

          Une forte transpiration

          La tachycardie

          L’anxiété

          L’agitation

          Un comportement violent

          Une crise d’épilepsie dans les cas gras

          Ou un épisode de délirium tremens

Notons que le dernier symptôme est une urgence médicale. Un épisode de délirium tremens se traduit surtout par un état de haute confusion et d’hallucinations.

Comment lutter contre l’alcoolisme ?

Lutter contre l’addiction à l’alcool est une étape délicate, mais qui n’est en rien impossible à surmonter. D’emblée, il est important de reconnaître que l’on a un problème d’alcool. Il faut également être prêt à se faire traiter. Il faut noter qu’une aide extérieure est souvent indispensable pour lutter contre l’alcoolisme. De ce fait, consulter un médecin généraliste peut être un très bon premier pas.

Diminuer la consommation d’alcool

Diminuer sa consommation d’alcool n’est pas forcément sorcier. Certes, il faudra beaucoup de volonté, mais cela reste du domaine du possible. D’ailleurs, vous n’avez pas forcément besoin de demander de l’aide à cette étape. Après tout, il existe des traitements naturels que vous pouvez adopter si vous souffrez d’une addiction modérée.

On parle notamment de :

–          La limitation du nombre de verre que vous consommez par jour

–          La consommation d’alcool seulement le week-end

–          La mise en place d’un agenda de consommation d’alcool

–          La prise de médicaments anti-craving pour modérer la consommation

–          L’hypnose

Opter pour un bon sevrage

Le sevrage est le premier traitement en cas d’addiction d’alcool surtout si votre niveau d’addiction est élevé. Malheureusement, il est difficile voire impossible de le faire seul. Il vous faudra donc une aide médicale pour réussir cette étape. L’objectif est de déshabituer votre corps à la consommation d’alcool.

Il y a 2 manières de faire un sevrage :

          Opter pour un suivi médical et psychologique : ce type de traitement s’accompagne d’un traitement médicamenteux sur une période moyenne ou longue.

          Opter pour un centre spécialisé : il s’agit d’un séjour de 3 semaines à 3 mois dans un centre qui propose un suivi physique et psychologique.

Choisir d’aller dans un centre spécialisé est souvent la meilleure alternative. En effet, ce type de centre dispose d’une infrastructure complète pour traiter les problèmes d’alcoolisme. En plus, si le sujet souffre aussi d’une addiction à la drogue, les 2 addictions sont traitées en même temps dans ce type de centre.